Saison 5 épisode 24 : Both Side Now

Extrait du S5E19 : 

- House: « Votre femme est celle qui vous aide dans cette épreuve. Votre femme et moi... Mais franchement, faire une IRM est bien plus utile que tenir votre main pendant quatre heures... Je pense...».

- Lee, le patient bloqué: « Si vous aviez une femme, vous sauriez en quoi c'est important ». 

House sait-il maintenant qu'une femme a passé toute une nuit à le regarder vomir et trembler comme une feuille et s'est (enfin) donnée à lui après une déclaration des plus touchante ?  Il semblerait que oui... 

Quand il se réveille le lendemain nu dans son lit (enfin, on suppose qu'il est nu, on voit rien avec cette fichue couette !), Cuddy est partie. Toute fois, elle lui a laissé une marque de rouge à lèvre sur la joue et le tube du coupable sur le bord de son lavabo. En regardant le nom de la couleur sur le tube, House sourit pour au moins pour la troisième fois depuis le générique (ça doit faire même pas faire minute)...

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

Dans le bureau, il se plante devant ses larbins étonnés de le voir arriver en chantant (il avait fait pareil après avoir couché avec Stacy), des étoiles plein des yeux (ça change des larmes) et les informe qu'il est de bonne humeur et qu'il n'a pratiquement plus mal ! Puis vient Cuddy, qu'il accueille avec un « Bonjour petit soleil » enjoué. Elle veut lui parler. Il est d'humeur coquine (tu m'étonnes !), mais pas elle. Toute de noir vêtue, emballée jusqu'au menton dans un haut du genre de celui spécial House-a-encore-failli-mourir, elle lui rappelle qu'elle est le boss et lui l'employé et que ça doit rester comme ça. Ouch !

Image hébergée par servimg.com

Evidemment, House va rendre une petite visite à son criquet et lui annonce d'emblé, tout fier, qu'il a couché avec Cuddy, qu'il est sobre depuis la veille, qu'il se sent bien et que ça ne peut aller qu'en s'améliorant (dans cet ordre). Wilson accueille la nouvelle avec des « woa ! » avant de casser son ami en lui demandant comment il compte tout foutre en l'air. House descend un peu de son nuage pour lui répondre mélancoliquement qu'il n'aura peut-être pas à le faire vu le comportement de Cuddy.Pour Wiwi, il n'y a que deux explications : soit elle est dingue de lui mais a la trouille (ce serait compréhensible), soit elle pense avoir fait une erreur en profitant de sa faiblesse. Il faut qu'il en parle avec elle. Ouais. Il est pas bien dans sa tête Wilson ! Il croyait vraiment que House allait gentiment tailler une bavette avec son amoureuse pour éclaircir les choses ? Bien sûr que non ! A la place il la prend en photo avec une caméra infrarouge pour prouver qu'elle est chaude de partout quand elle le voit.

Image hébergée par servimg.com

Bien entendu, Wilson lui fait la leçon. Mais s'il avait parlé, House sait qu'ils auraient menti tous les deux. Wiwi reconnaît que la chaleur peut venir de l'amour, mais aussi de la colère. Sentant venir le truc, House interdit à son ami (qui pense qu'il a fait une erreur) d'aller parler à leur patronne. Pour House, en plus d'être fixé sur ce qu'il doit mettre dans son profile Face Book, ça devient un mystère à élucider : elle lui a menti, il doit savoir quand et pourquoi. Wilson essaie quand même de lui demander d'agir en adulte au moins une fois dans sa vie, mais autant demander à un chien de ne pas pisser contre un réverbère. 

Evidemment, Wilson va voir Cuddy, mais il est sage : il lui parle boulot. Bien sûr, Cuddy n'est pas dupe et essaie de lui faire avouer qu'il est là pour le Huddy. Heureusement, House arrive à temps pour demander l'autorisation de faire un test qui ne nécessite pas d'autorisation dans le but de l'énerver. Mais il arrive juste à lancer un beau bouffage de nez. Elle reste calme. Pas perturbé, il lui escamote discrètement son gobelet à café. 

Image hébergée par servimg.com

Plus tard, alors que Wilson essaie de faire comprendre à House que, pour l'instant, il remplace en quelque sorte sa Vicodin par Cuddy et qu'il ferait mieux d'être patient, de la laisser venir, House lui explique ce qu'il a trouvé dans le gobelet avant même qu'il ne le lui demande : des hormones qui participent au processus émotionnel. Il a trouvé un plan aussi : énerver Cuddy pour briser la glace ! 

Wiwi ne voit pas franchement l'intérêt, mais reconnaît que son ami s'implique à fond pour une fois et, même si les moyens sont plutôt puérils, c'est une bonne chose. Encore faut-il que cette histoire se finisse bien... Pas le temps de finir son sermon : un vieux monsieur (Waou, Carl Reiner !) entre dans le bureau pour consulter à cause des cris de perroquets qu'il pousse. Le monsieur est un cadeau de Cuddy, pour emmerder House. Les grands esprits se rencontrent... A partir de là, ils vont se renvoyer le vieux pour s'enquiquiner à distance. 

Mais House n'en a pas fini avec son gobelet, il y a quelque chose qui cloche. Il est en train de cogiter sur ce sujet quand Cameron vient se servir de lui comme d'un tableau blanc pour savoir comment en finir avec Chase. Comme souvent, House donne un conseil qu'il ferait bien de suivre lui-même : renoncer aux choses qui fâchent (le sperme du mari mort dans le cas du Tuesday) et accepter de prendre le risque de s'engager.

Image hébergée par servimg.com

« Tu tiens vraiment à Cuddy ou c'est encore un défis parmi tant d'autres ? » demande Wilson à House qui surveille la réaction de Cuddy face à un strip-teaseur depuis le balcon. House soupir et laisse tomber sa tête en avant, il rassure Wiwi : « Tu as peur de me voir m'engager avec quelqu'un et que ce soit fini entre nous ». Mais le criquet ne demande que ça et trouve ça génial mais il a juste peur que son ami ne prenne pas cette histoire au sérieux. S'il ne veut pas accepter qu'il risque de souffrir lui, qu'il prenne au moins en compte qu'elle risque de souffrir. Pas de réponse, House fronce les sourcils : Cuddy ne s'énerve pas, raté !

Image hébergée par servimg.com

Un peu plus tard, House rejoint Wilson dans son bureau, l'air soucieux et armé du gobelet. Il a trouvé ce qui cloche : il n'y a pas de rouge à lèvre dessus alors que Cuddy en portait en buvant, de la même couleur que celui qu'elle lui a laissé. Cette découverte a le don d'énerver Wilson qui engueule House parce qu'il faut toujours qu'il transforme les problèmes affectifs en problème logique. House se défend : une question appelle une réponse ! 

Mais Jimmy en a marre de le voir tourner en rond et lui pose la question qui tue : « Tu veux être l'homme des réponses ou l'homme de Cuddy ? ». Après une courte réflexion, House jette son gobelet, s'assoie et demande ce qu'il doit faire. La vache, il faut croire qu'il a vraiment décidé qu'il la voulait parce que, en temps normal, il se serait barré après une question comme celle-là et aurait ruminé pendant des jours... 

Ce qu'il doit faire ? La mettre en colère ! Et oui, c'est bizarre mais Jimmy est d'accord, il pense que c'est le seul moyen qu'ils ont pour enfin discuter sérieusement. House proteste : il n'arrête pas d'essayer. Tu parles, il ne fait rien de plus méchant que ce qu'il fait toute l'année ! Wilson le rassure, il a la trouille et c'est normal, mais c'est le moment d'assener le coup de grâce. Donc, House va agir et frapper fort. 

Il se perche en haut du balcon qui surplombe l'entrée de l'hôpital, frappe la rambarde avec sa canne pour être sur d'avoir l'attention de tout le monde et annonce bien haut et très sérieusement qu'il a couché avec Lisa Cuddy. Murmures dans l'assistance. C'est justement à ce moment qu'arrive l'intéressée qui ne comprend rien aux têtes atterrées de la foule, elle se renseigne et comprends. Elle lève la tête vers House et le regarde avec une lueur de meurtre dans le regard pendant qu'il s'éloigne vers l'ascenseur, un air de défis sur le visage.

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

Elle lui court après dans le couloir, l'engueule, des larmes de colère commence à couler : il a dépassé les bornes des limites ! « Je me demandais si ce serait bien qu'on vivent ensemble » lui demande House, comme ça d'un coup, tout frétillant. Elle rit nerveusement, il sourit, il doit penser qu'elle est contente, mais le fou rire dure un peu longtemps... Il commence à perdre son sourire et à se demander ce qui se passe. Elle le vire !

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

Le vieux monsieur qui a assisté à la scène depuis le bureau, rassure House : « Je m'inquièterais pas trop à votre place, elle vous aime ». Il réfléchit en essayent de se débarrasser du vieux, mais il comprend subitement que ce vieux bonhomme qui lui court sur le haricot est vraiment malade, que s'il s'est focalisé sur un cancer du pancréas pour le POTW (oui, y en a un, j'y reviendrai plus tard), c'est parce qu'il avait vu les symptômes sur lui. Ce qui veut dire que, même s'il n'hallucine plus, son cerveau ne marche toujours pas normalement ! « C'est pas bon ? » répète plusieurs fois le vieux, « Non » finit par répondre House tout retourné. A mon avis, il ne pense pas qu'au cancer à ce moment-là... Il demande à Taub d'accompagner le patient pour une écho et de rester avec lui. Il pense qu'il aura besoin qu'on lui tienne la main ?

Image hébergée par servimg.com

Cuddy pleure dans son bureau quand House vient la trouver. Elle joue tristement avec un petit tas de métal argenté (Trombones ? Bracelet ? Pièces ? Ca m'intrigue...). Elle ne l'envoie pas bouler, mais lui demande tout de même de faire vite. Il lui demande timidement si elle a deux rouges à lèvres de la même couleur. La colère remonte. Il semble ne plus savoir quoi faire ou dire, il tente un « Vous êtes sûre que vous n'êtes pas remontée à cause d'hier soir ? ». Comme House commence à perdre ses repères, l'image se met à tanguer (elle a bougé légèrement pendant tout l'épisode, mais là, la tempête se lève) et revoilà le flou...

Image hébergée par servimg.com

Elle reconnaît être remontée, qu'il balance souvent des horreurs, mais il est allé trop loin cette fois. Elle pense que c'est une bonne chose, ça lui a permis de comprendre que non seulement il n'y avait jamais rien eu entre eux, mais aussi qu'il ne pourrait jamais rien y avoir. N'empêche, qu'elle le prenne comme ça, prouve au contraire qu'il compte pour elle, mais je dis ça, je dis rien... House la regarde se déplacer vers le bureau pendant qu'elle parle, il a l'air de plus en plus paumé, l'image tangue de plus en plus, des gros plans de ses yeux apeurés flashent. Il arrive à sortir un « Quoi ? » d'une toute petite voix. Il s'approche du bureau en remuant la tête et clignant des yeux comme s'il était en plein brouillard et cherchait à trouver un point de repère ou était ébloui, de plus en plus de gros plans. « Vous voulez dire que vous êtes remontée à cause de quelque chose que j'ai dit ? ». Elle a l'air de se calmer, intriguée par son désarroi : « Vous m'avez insultée, je suis partie, c'est tout. C'est arrivé tellement de fois depuis qu'on se connaît ». 

Il ne bouge plus, reste la bouche ouverte. Il se rejoue la scène où il lui a demandé son aide. L'opposition chromatique entre le présent (orange) et le passé (bleu) fait presque mal aux yeux. Il commence à paniquer, elle s'en rend compte. « Non, non, ça c'est passé autrement. Je vous a dit que j'avais besoin de vous et vous vous êtes occupé de moi ». Elle commence à s'inquiéter et lui demande si ça va. Il ne répond pas, comme s'il ne l'entendait pas. Il cherche nerveusement le rouge dans sa poche et trouve un flacon de Vicodin à la place. Il se met à trembler, le lâche comme si c'était un serpent venimeux et recule en le fixant la bouche ouverte.

Cuddy se précipite vers lui et l'attrape par les épaules avant qu'il ne s'encastre dans le mur. Elle lui redemande si ça va, de plus en plus inquiète. Toujours pas de réponse. Il fixe le vide, revoit la scène pendant qu'elle lui caresse la joue droite. Les images se télescopent : le fameux soir où elle l'a aidé, la suite, le présent, le regard plein de larmes de Cuddy qui n'arrive plus à l'atteindre, sa main sur sa joue, les yeux apeurés de House, sa bouche... 

Il se revoie ouvrir le tube de rouge. Il s'agrippe à son épaule comme pour ne pas s'effondrer. Il se revoie ouvrir le flacon de Vicodin à la place du rouge. Il comprend qu'il l'a laissée filer en colère, sans lui demander son aide et qu'il a passé son temps à se shooter et qu'il ne fait plus la différence entre la réalité et les hallucinations. On dirait qu'elle va le supplier de lui parler comme dans l'épisode 22, mais rien, elle essaie de capter son regard. Il est fixe, dans le vague, ailleurs. Amber entre dans le cadre et glisse à l'oreille droite de House (exactement comme lors de sa première apparition dans l'épisode 21, mais de l'autre côté) : « C'est ça l'histoire que tu voulais t'inventer ? C'est une belle histoire ». Kutner apparaît à l'autre bout du bureau : « Dommage qu'elle soit fausse ». 

House ferme les yeux très fort. Il souffle comme si on venait de lui ouvrir le ventre au couteau. Cuddy lui caresse toujours la joue. Ca tangue comme s'il allait tomber et nous avec. Il lui répond enfin « Non, ça va pas ». Son regard balaie l'espace entre lui et Cuddy, quelques centimètres, comme s'il essayait désespérément d'attraper son regard, mais sans la voir, comme s'ils étaient à des kilomètres l'un de l'autre. 

Cuddy entre sans frapper dans le bureau de Wilson. Elle tire une tête d'enterrement. Il l'interroge du regard jusqu'à ce qu'il voit entrer House. Personne ne dit rien, Wilson se lève, il a compris. Il déglutit, House aussi. Celui-ci a l‘air d'un mort vivant honteux (comme s'il avait fait quelques chose de mal !). Cuddy est au bord des larmes. 

On enchaîne sur le mariage de Cameron et Chase. En parallèle au bonheur des deux tourtereaux, on voit House dans la voiture de Wilson, il pleut, comme ans l'épisode précédent, mais de jour. Alors que le Tuesday s'échange les alliances, House confit ses effets personnels à son ami. Au mariage, avec Rachel dans les bras, Cuddy a la larme à l'œil en regardant le Tuesday partir main dans la main, mais ce n'est pas à cause de l'émotion devant tant de bonheur, bien au contraire. House s'avance seul vers l'hôpital psychiatrique. Il regarde Wilson depuis la porte. Celui-ci lève un coin de lèvre comme pour sourire. La lourde porte se ferme, laissant Wilson seul, de dos, devant le bâtiment lugubre. 

Mon Dieu... J'avoue, j'avais un peu peur de cet épisode. Qu'est-ce qu'ils allaient bien pouvoir nous sortir après le précédent ? J'avais pensé qu'on aurait peut-être droit à un épisode « parenthèse » comme le S1E22 qui était bien palot par rapport au précédent (où on apprenait ce qui était arrivé à la jambe de House) et ne servait qu'à introduire les personnages de Mark et Stacy avant d'entamer la saison suivante. La BA donnait d'ailleurs cette impression... Jusqu'à ce qu'elle nous accroche une épée de Damoclès au dessus de la tête : elle nous demandait de nous attendre à être choqué (le truc le plus choquant de l'année). Je vous assure que regarder un épisode plutôt léger en sachant que quelque chose peut craquer à tout moment sans avoir la moindre idée de ce que c'est, est vraiment perturbant. 

Il y a eu beaucoup de théorie : celle de Vanilla Sky (House pourrait agresser Cuddy pensant que c'est Amber), celle de House qui fait du mal à Rachel, celle de House assassin... Franchement, je n'ai jamais vraiment adhéré à ces hypothèses, j'étais plutôt partie sur une tentative de suicide. En effet, j'ai toujours pensé (et je penserai toujours) que House est incapable de faire du mal volontairement ou sans y être obligé à qui que ce soit, même sans avoir toute sa tête. La seule personne à qui il pourrait s'en prendre, c'est lui-même. Ajoutez à ça le coup d'Amber avec le  scalpel et l'impression qu'il donnait de vouloir abandonner  dans l'épisode précédant... 

Ben maintenant, on a la preuve que les scénaristes n'ont ni merdé, ni pris les spectateurs pour des cons avec la désintox express ! Ils sont même très intelligents d'avoir fait un épisode en apparence léger pour finir par un coup de poignard dans le coeur. En effet, ça évite toutes comparaisons avec le final de l'année passée et ça fait une petite respiration (de très courte durée) après les derniers épisodes qui étaient très noirs. 

C'est dommage, c'est si dommage qu'il ait tout imaginé. Il est tellement chou quand il est amoureux (on l'avait vu avec Stacy). Quand il l'appelle sunshine et la chanson du trolley (The Trolley Song pour quelqu'un qui a joué le rôle de Vincente Minnelli, ça tue )... Et il sourit beaucoup, mais est-ce parce qu'il est heureux en croyant qu'il a conclu ou parce qu'il est défoncé ? Puis le fait d'être heureux ça pourrait l'aider à se sentir mieux, d'où d'avoir moins mal, d'où de contrôler sa consommation... Mais non, il a fallu qu'il fantasme ! Ca a vraiment empiré d'un coup vu que jusque là, il s'avait que son esprit partait en vrille puisque Amber était là. Mais là, il ne se contrôle définitivement plus et ne s'en rend même pas compte. Il est comme son patient. 

Alors voilà, le fameux POTW que j'ai gardé pour la fin a subit une opération visant à couper la communication entre les deux lobes de son cerveau pour soigner des convulsions et depuis, sa main gauche vie sa propre vie sans rien demander à personne. Sa situation lui convenait très bien jusqu'au jour où il s'est mis à pleurer du sang et s'est effondré en plein restaurant. 

La main gauche est commandée par l'hémisphère droit, celui de l'« artistique » et de l'intuition. Le gauche quant à lui est celui de la logique, celui qui est obsédé par la quête de réponse comme on peut l'entendre au cours de l'épisode. Parce que tout le long, évidemment, les scénaristes ont glissé des allusions à ce fameux cerveau droit que House voudrait tant oublier pour se concentrer sur le gauche. En fait, le patient était un « miroir » comme plusieurs autres POTW au début de la saison. La différence c'est que pour celui-ci, on  ne s'en rend compte qu'à la fin, quand on comprend  que le côté droit de House a pris le dessus sur le gauche sans qu'il ne s'en aperçoive. « Mon cerveau droit est un connard » dit le patient, celui de House aussi... 

J'étais déçue en réalisant qu'il n'avait jamais demandé à Cuddy de l'aider, qu'il n'avait pas eu ce courage. Mais finalement, comme dans son fantasme, elle laisse de côté tout ce qu'il a pu dire (et qui l'a même fait pleurer et forcée à le virer) pour l'aider. 

Fiout ! Quelques minutes avant, je me disais qu'il avait l'air en forme, soucieux mais en forme. Mais quand il passe la porte de Wilson, tout livide et les yeux rougis, on ne dirait plus le même homme que dix minutes plus tôt. On ne dirait même plus un homme d'ailleurs ! S'il n'était pas aussi grand dans cet encadrement de porte, on jurerait que c'est un petit bout de 5 ans qui n'ose plus lâcher le jupon de sa maman parce qu'il a fait un cauchemar.

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

Finalement, je trouve ça très positif que le Huddy de l'épisode précédant soit une hallu. Ca a permis de voir ce que House voudrait vraiment, sans se planquer derrière sa carapace, c'est-à-dire qu'elle soit là pour lui, qu'elle le protège quand il est lâche, qu'elle se confie à lui, qu'elle lui dise qu'elle l'aime depuis toujours, qu'elle se laisse aller à l'aimer physiquement. C'est officiel maintenant, il la veut pour l'aimer et qu'elle l'aime aussi, pas uniquement pour pouvoir mettre sa tête entre ses nichons. 

De plus, j'ai trouvé très élégant que le subconscient de House choisisse de remplacer le flacon de Vicodin par un tube de rouge à lèvre et pas un string ou je ne sais pas quoi d'autre. Vous me direz qu'un tube de rouge est plus proche physiquement d'un flacon qu'un string. Oui, mais ça n'empêche que c'est plus élégant !  Et quand il lui demande s'ils ne devraient pas emménager ensemble, pendant une seconde j'ai cru qu'il disait ça pour rire, puis j'ai repensé à Stacy qui avait emménagé chez lui une semaine après leur premier rendrez-vous... 

Le seul problème, c'est de savoir si ce qu'elle a raconté sur leurs débuts est vrai ou non. En tout cas, c'est ce que House aurait voulu qu'elle lui avoue : qu'elle a toujours été attirée par lui, qu'elle ne lui a jamais menti en 20 ans et qu'elle a triché pour pouvoir s'approcher de lui. Ca ne doit pas être très loin de la vérité... 

La théorie Vanilla Sky qui circulait n'était pas si tordue que ça, ce n'était juste pas le bon moment du film ! La vie de David était tellement pourrie qu'il s'est suicidé et a choisi de continuer à vivre dans un rêve lucide où Sofia était près de lui et l'aimait. House, lui a choisi inconsciemment de remplacer les moments où il se shootait tout seul comme un con misérable par des moments où il se bat avec Cuddy à ses côté et fini par réussir son sevrage et conclure avec elle. D'ailleurs, les flash back à la fin avec le parallèle entre ce qu'il a imaginé et la réalité m'a fait pensé à la fin du film, quand on apprend ce qui est vraiment arrivé à David, surtout quand on le voit se déshabiller en titubant dans le couloir, comme David divaguait en jogging dans son appart' vide avec son bras qui pend et son visage en miette. 

Niveau réalisation, il y a surtout la scène du bureau où tout se met en place dans la tête de House, mais aussi dans la notre. L'image qui bougeait de plus en plus, le montage de plus en plus saccadé, tout ça donnait une impression de confusion alors que tout s'éclaircit scénaristiquement. On a vécu sa chute avec House, ça fait mal, mais c'est tant mieux (pour nous). 

Et évidemment, la dernière scène ! C'est dingue comme elle donne l'impression que le mariage et le départ de House pour l'hôpital se passe à des années lumières l'un de l'autre. D'un côté il fait beau et tout le monde sourit (sauf Cuddy, mais elle sait ce qui se passe dans l'autre galaxie), de l'autre il pleut, il a l'air de faire froid et j'ai même cru que Wilson allait pleurer !

Image hébergée par servimg.com

Je ne vous parle même pas de House et de l'impression de fragilité qui émane de lui, du vent qui le fouette et du regard qu'il lance à Wilson avant que cette espèce de porte de prison ne se referme sur lui. Sur le coup, j'ai été sonnée, ce n'est que dix minutes après que je me suis mise à chialer (mais vraiment chialer) dans mon bain en réalisant ce que cette décision voulait dire : s'il est soigné pour des problèmes psy, il risque d'y laisser sa licence (son métier, sa vie... vous connaissez la thèse et l'hypothèse par cœur).

On savait depuis des semaines que des scènes seraient tournées dans un hôpital psy désaffecté et j'ai passé ces semaines à essayer de trouver pour quoi d'autre on pourrait faire passer un bâtiment de ce genre. Dans le fond, ce n'est pas que je n'y croyais pas à cette histoire d'HP, c'est que je n'en voulais pas. Pas parce que c'était trop évident par rapport aux éléments qu'on avait ou parce que c'était trop logique par rapport à son état, mais parce que c'était la pire des solutions pour mon Grigri-en-mousse. Ca fera (au début) plus de dégâts qu'une tentative de suicide.

Tout ça nous laisse avec plein de questions sur les bras... 

Qu'est-ce qui l'a mis dans cet état ? Le trifouillage de cerveau à la fin de la 4 ? Son accident de moto dans le S5E19 (le grand retour du « trouble » quand il réalise qu'il a tout imaginé...) ? L'accumulation de tuiles tout au long de sa vie et particulièrement cette année ? La Vicodin ? Je ne cois pas que la Vicodin soit coupable ou alors pas toute seule. En effet, si c'est ça, il suffit qu'il soit sevré, mais House sans sa Vicodin, n'est plus House... 

Comment vont réagir les larbins en apprenant ce qui lui arrive ? Seront-ils seulement mis au courant ? Je ne pense pas, je vois bien Cuddy et Wilson leur faire le coup du « Papa est parti en vacances. Il est un peu souffrant mais rien de grave ». Et, du point de vue purement scénaristique, est-ce qu'on va les voir au début de la nouvelle saison ? Parce que ça m'étonnerait qu'on laisse House (et qu'il ait envie) de s'occuper des patients à distance. 

Le Huddy est-il foutu ? Je n'y crois pas du tout (on appelle ça la positive attitude) ! Il l'a poussée à bout au point de la faire pleurer et qu'elle le vire, mais elle a eu l'air de tout effacer quand elle a vu qu'il était en train de se noyer. Je crois qu'elle sera là pour lui, bien qu'elle ait assisté au mariage (avec l'air d'aller à un enterrement) plutôt que de l'accompagner avec Wilson. En revanche, va-t-elle lui rendre visite ? Franchement, je ne sais pas. Mais j'imagine que si elle n'y va pas, ce sera parce que House refuse par honte, par peur ou n'importe quoi d'autre, mais ça viendra certainement plus de lui que d'elle. 

Ca y est, j'ai trouvé où menait ma théorie de la boucle. Peut-être que les scénaristes n'ont pas du tout pensé à cette histoire de boucle, mais j'ai trouvé ma solution perso, je suis contente au moins de ça. A la fin de la saison 4, on laissait House sur son lit d'hôpital sans savoir dans quel état il allait en sortir, maintenant on se demande dans quel état (et comment) il va sortir de cet hôpital : retour à la case départ. Il y a un an, c'était Cuddy qui lui tenait la main et sa relation avec Wilson qui posait problème. Maintenant, c'est l'inverse. 

Deux trois trucs pas importants. Au début de l'épisode, j'étais bien partie pour faire une belle liste de trucs futiles, mais je n'en ai plus vraiment le cœur, ça va être vite fait ! 

  • Jimmy, maintenant que tu tiens l'horrible montre géante increvable, emmène-la très loin sans dire où et enterre-la dans un trou très profond...
  • Tous les sourires de House. Ca faisait tellement plaisir à voir...

Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com Image hébergée par servimg.com

  • Cadrage frustrant de House dans son lit. Je vais finir par croire que Hugh ne déconnait pas avec son histoire de close anti-scènes-de-nu. Heureusement, ça a été compensé par une utilisation «intelligente» du peignoir. Dans l'épisode précédent, j'étais contente qu'il ressorte du placard (ou plutôt de la salle de bain), mais légèrement déçue. Je n'imaginais pas qu'ils oseraient un jour le lui faire porter comme je le voulais, c'est-à-dire sans rien en dessous. Ca y est, c'est fait!

Image hébergée par servimg.com

  • House qui retient son bras en se réveillant. Et attentionné en plus... 

Image hébergée par servimg.com

  • Il a enfin fini Une seconde d'inattention... Ou il l'a mis ailleurs ?
  • La robe de Cameron est tout à fait dans le genre de celle que je voudrais. Enfin, le jour où j'aurai quelqu'un à épouser bien sûre.

Image hébergée par servimg.com

  • Utain de cancer du pancréas à la niouk! Il m'est toujours sorti par les yeux celui-là (en tout cas depuis que j'ai 9 ans) et là il assomme un super patient bien marrant. Carl Reiner, quoi! Franchement, c'est dégueu!
  • Il a retrouvé son vieux manteau avec un bouton différent des autres...

 Image hébergée par servimg.com photo promotionnelle

  • Une chanson des Stones autre que You Can't Always Get What you Want! J'ai trouvé une traduction des paroles, très approprié pour un mariage...

Un grand merci à Sweety pour les vidéos...  Bow Down 

Résumé complet (fin comprise) sur le site de la FOX

 Vanyx pour les caps





Commentaires (4)

1. Nemie 05/08/2009

C'est violent, je n'ai que ça à dire -_-, ...

Les chansons d'Amaury Vassili conviendraient bien...

http://www.imeem.com/tag/?q=album:Vincero&f=music

PS : fais-moi signe pour les trad.

PS 2 : je les ai toutes prises pour le "Spires" (néologisme pour le couple Spicas/Antares).

2. Claire 06/08/2009

Quelles trads ?

3. Nemie 07/08/2009

Les trads des chansons d'Amaury :)

4. Nemie 16/08/2009

C'est bien d'avoir les "images live", on se rend mieux compte (eh non, je n'ai pas versé de larmes). C'est marrant de voir mon Adonis se marier mdr ^_^ !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site