Saison 6, épisode 6 : Instant Karma

Episode pré-Halloween ! Ca veut dire épisode plein de supposées malédictions, de vrais-faux morts, de chuchotements venus de nul part et de présences qui hantent les âmes tourmentées, ah, ah, ah !!!!! Ca vous donne envie ? Tant mieux, parce que j'ai bien apprécié cet épisode. Sans être exceptionnel, il m'a un peu sortie de l'état d'emmerdement profond dans lequel ce début de saison commençait à me plonger.

Toutefois, il est facile de s'intéresser quand le patient est intrigant. Le POTW est un flic risque-tout qui ne recule devant aucune occasion de se briser le cou car il n'a plus rien à perdre. En effet, il approche de son quarantième anniversaire, âge auquel son père, son grand-père et son arrière-grand-père son décédés soudainement d'un problème cardiaque. Depuis des années, il a subit des batteries de tests qui n'ont jamais montré aucune trace du moindre risque de mort subite, mais il continue d'y croire, c'est sa malédiction familiale... Et quand ce monsieur fait une chute de 9 m et se retrouve aux urgences du PPTH, qui c'est qu'on appelle ? Non, pas Ghostbusters ! Gregory House !

Mais le Greg a d'autres chats noirs à fouetter en ce « matin glorieux » (dixit Wiwi). Il ne nettoyait pas vraiment son nombril quand Wilson a traversé le salon et a surpris son ami les mains sous la couette à un certain endroit de son anatomie... Au bout de six semaines, le criquet réalise enfin qu'il pourrait transformer son bureau en chambre pour House (pas trop tôt !). Evidemment, comme le suggère Jimmy, on pourrait croire qu'il a tant tardé car il ne pensait pas que House resterait aussi longtemps, mais celui-ci nous apprend que le bureau était avant... la chambre d'Amber ! Ah, ah, ah, ça fait peur ça, hein ? Surtout que la pièce est presque transformée en mausolée à la défunte.

Visiblement, House n'est pas d'humeur à craindre les fantômes et encore moins les malédictions génétiques. Pour lui, les antécédents familiaux du patient ne sont que des coïncidences, le cas n'en est pas un. Sauf que, House n'est toujours pas redevenu légalement le chef et Foreman décide de le prendre quand même. C'est bien sûr plus pour emmerder papa (visiblement pas dupe) que pour l'amour de sa science. En parlant de coïncidences malheureuses : le flic a été placé dans la chambre où est mort Dibala. Il n'en faut pas plus pour perturber Chase qui revoit l'agonie du dictateur chaque fois qu'il passe devant cette pièce. 

Upload images

Et pendant ce temps là, House n'a toujours pas sa licence. Il préfèrerait rester comme ça, être le cerveau qui décide et Foreman la main qui signe les actes (quand il consent à ne pas jouer les cerveau lui aussi). Mais Cuddy, en tant qu'administratrice, ne peut plus lui permettre d'être payé en tant que chef de service alors qu'il ne l'est plus. C'est pourquoi elle lui demande de passer 120 heures de requalifications (jouer aux étudiants en quelques sorte) pour retrouver son permis d'exercer. Sans surprise, il se montre plutôt retissant, arguant que Cuddy veut juste avoir la main sur lui, mais elle n'essaie même pas de discuter et lui refile sa feuille de route tout en tournant les talons (ouais, faut être super rapide et souple pour faire ça). Elle n'aurait pas dû lui tourner le dos aussi vite ! Peut-être aurait-elle pu quitter la pièce en marche arrière, ça aurait obligé House à s'intéresser à son document plutôt qu'aux fesses de sa chef...

Upload images

Moins agréable pour notre doc : passer sa première nuit dans le mausolée ! Entourée de portrait et d'effet personnel d'Amber, il peine à trouver le sommeil, surtout quand il se met à entendre des chuchotements... Un peu flippant ! Non pas qu'il soit soudain devenu irrationnel au point de croire aux fantômes, mais il y a encore quelques mois, il avait des hallucinations visuelles et si elles s'étaient transformées en hallu auditives ?

Upload images

Quoi qu'il en soit, le jour se lève encore ! Les tests sur le patient et ses ancêtres n'ayant rien donné et Chase étant toujours aussi affecté, House décide de faire d'une pierre deux coups. Après lui avoir conseillé de voir un psy (!), House emmène Chase annoncer au patient qu'il a une maladie génétique encore inconnue à l'époque de son père et qu'il n'a qu'à prendre quelques petits cachets pour ne plus être une bombe à retardement. Bien sûr, la maladie et son traitement sont purement imaginaires, mais House a décidé de jouer les bons samaritains. En deux minutes, il redonne l'espoir d'un lendemain potentiel au patient et offre à Chase l'occasion à la fois d'entrer dans la fameuse chambre et de remonter le moral d'un patient. Joli geste... Si le patient pourra rentrer chez lui soulagé, pour Chase, ce n'est pas encore gagné.

De retour dans son dodo, House a de plus en plus le trouillomètre à zéro. Ca va si loin qu'il confond le bruit de Foreman qui s'excite sur la porte d'entrée et ses hallus. Si le larbin-chef vient le réveiller en pleine nuit, c'est simplement pour lui annoncer que le patient qui n'en était pas un vient de mourir subitement dans sa laverie ! Faut croire qu'il avait vraiment quelque chose... et ce quelque chose, House ne l'a pas vu. Foreman aura beau lui dire qu'il n'y est pour rien, House commence à se demander ce qui cloche chez lui. 

Upload imagesUpload imagesUpload images

On en arrive à la scène la plus halloweenesque de l'épisode : le mort qui se réveille en pleine autopsie, au moment ou Foreman commence à lui scier la cage thoracique. Ca a bien réveillé un House tout désemparé devant ce cadavre (mais enthousiasmé à l'idée de jouer avec la scie... si seulement il avait une licence) !

Upload images Upload images Upload images

Pendant le différentiel pour la résurrection, House entend soudain les mêmes murmures que dans sa chambre. On a beau savoir que ces bruits ont une explication logique (on a vu la bande-annonce qui donnait presque la solution), j'ai vraiment commencé à flipper autant que lui en entendant ça. Puis, comme une ORL lui confirme qu'il n'a absolument rien aux oreilles (et lui conseille au passage de voir un psy... charmant...), il décide d'annoncer à Cuddy qu'il ne se sent pas prêt à redevenir médecin (ça fait combien de fois depuis le début de la saison ?). Il en arrive à préférer retourner dormir dans le canapé. Wilson, sentant que son ami va mal (il aurait une pancarte sur le front que ce ne serait pas plus flagrant), lui conseille de parler, mais il refuse. Retour à l'ancien House, celui d'avant les conseils d'ouverture aux autres de Nolan ?

Retrouvant ses esprits, House décide d'investiguer dans la chambre des murmures. Il finit par découvrir que les chuchotements sont simplement l'écho à travers un soupirail (comme on avait pu le deviner en voyant la BA) de Wilson, dans la chambre d'à côté, en train de raconter sa journée à une Amber qu'il sait ne plus être là. Ouf ! Même si on ne sait toujours pas comment House a pu entendre exactement le même son dans son bureau au PPTH vue la distance que le sépare de celui de Wiwi... Enfin soit... En entrebâillant la porte de son colloc', il apprend que celui-ci se fait du soucis pour lui. Apparemment, ça le touche, à moins que lui aussi se mette à s'inquiéter pour Wilson qui a toujours besoin de se confier à sa copine morte depuis un an et demi.

Upload images

Là, c'est le moment où il est question de communiquer un peu plus. Foreman conseille à Cameron (comme il l'avait fait à Chase) de parler avec sa moitié et House décide de tenter une petit expérience sur Wilson. Il lui explique qu'il est inquiet car il a maintenant des hallucinations auditives et en plus sans l'influence de la Vicodin, qu'il n'y a pas d'explication logique. De ce fait, il veut retourner à Mayfield. Réaction de Wiwi qui voulait tant la veille qu'il se confit : « Ok » ! Vilain criquet, il sait que House le mène en bateau ! Il trouve que House est un con (ça manquait ça) parce qu'il croit qu'il se moque de lui.  

Bien sûr que non, il ne se moque pas, il voulait simplement voir si Wilson se confirait à lui comme lui le lui demande. House vient de prouver que la confession n'était pas si facile et surtout, que le plus salaud des deux n'est pas forcément celui qu'on croit. Oui, parce que c'était salaud de répondre à House qu'il préférait encore parler avec sa copine morte qu'avec lui. Ca s'appelle se prendre une grosse claque, on pourrait presque voir la marque des doigts métaphoriques sur sa joue. 

 Upload images

Pour se remettre, House décide d'aller embêter Cuddy en pleine évaluation d'élèves dans la chambre d'un patient. Il a finalement décidé de récupérer sa licence (puisqu'il a la preuve qu'il n'est pas en train de rechuter). Là, Cuddy lui demande la météo des jours à venir parce que ça fait déjà quelques fois qu'il change d'avis. Donc, discussion dehors (après matage de popotin patronal) qui fait dire à une des étudiantes qui les regarde de l'autre côté de la vitre que leur comportement n'est pas de la haine, mais plutôt de la séduction.

Upload images

Tout revigoré par sa parade amoureuse, House va réveiller Chase qui comate en salle de repos et lui répète d'aller consulter. Selon lui, « c'est pathétique de ne pas chercher d'aide ». Tiens, serait-ce là le retour du fameux faites-ce-que-je-dis-pas-ce-que-je-fais ? Et il l'envoie traiter le patient. En gros, House pense que Chase aime souffrir, que ça lui confirme qu'il n'est pas un spycopate puisqu'il ressent quelque chose. Sans doute House pense-t-il que si Chase est en train de tout perdre, au moins qu'il préserve son boulot, comme lui l'a fait pendant des années.  

Retour de la fameuse scène de bureau où House cogite tout seul mais avec sa baballe. Puisqu'il tient le symbole de son leadership, ça veut dire qu'il a déjà décidé à ce moment-là de revenir pour de bon cette fois ? Qu'importe qu'il n'ait pas fait ses 120 heures, Cuddy lui a rempli les documents nécessaires pour récupérer sa licence. Si elle ne lui fait pas totalement confiance en tant qu'homme, elle l'admirera toujours en tant que médecin... 

Upload images

S'en suit une scène presque surréaliste qui tombe comme un cheveu sur la soupe, mais tellement jolie qu'on est prêt à jeter la cohérence du récit au orties. Alors qu'il est assis par terre dans son bureau, Cuddy apporte à House ses papiers. Vient le concours d'argumentation : « c'est plus simple comme ça » - « vous étiez gênée pour moi » - « vous n'avez rien à apprendre » - « tant mieux, ça veut dire qu'il n'y a pas de tension sexuelle ». Oui, vous avez bien lu, House déclare tout de go, face à Cuddy elle-même, qu'il réfléchit à la question de la tension. Et il en rajoute en lui avouant qu'il se sent tout drôle quand elle est là. Youhou, bravo Nolan ! Il l'a bien intégré le truc de se confier. Et ça continue, il compare ce qu'il ressent à un béguin d'élève pour son prof. Bon, là Cuddy lui demande s'il va bien, parce que c'est quand très inhabituel ce déballage.

Upload images

Oui, il va bien et demande ce qu'il en est d'eux. Evidemment, Cuddy fait diversion : ils se titillent, si elle appuie sur ses boutons il appuie sur les siens en retour et... Pouf, épiphanie. C'est bien le moment tiens ! Il se redresse et part en cour... pardon... en claudiquant sans oublier de se pencher par-dessus Cuddy, à quelques centimètre d'elle, dans son t-shirt moulant, pour lui dire qu'elle le rend vraiment tout drôle. Vue la tête de la doyenne, c'est réciproque... Fais chaud dans cette pièce ! Je comprends qu'il ait enlevé sa chemise... 

Upload images Upload images

Epiphanie donc, le patient a une malformation congénital, une sorte d'anévrisme dans la tête qui grossit avec l'âge et finit par appuyer sur le nerf qui contrôle le cœur comme un interrupteur. Le patient diagnostiqué, il peut donc reprendre contact avec le fils qu'il refusait de voir pour lui éviter la peine qu'il a ressentit lors de la mort de son propre père. House propose de l'appeler, mais le patient préfère le faire plus tard. Comme House le pressentait, il ne voulait pas vraiment épargner son fils, il voulait simplement continuer sa petite vie solitaire sans relation affective. Tiens, regarde-toi dans la glace, Greg ! Rassurez-vous, le patient finira par aller parler à son fils. Faut croire que sa carapace était moins difficile à percer que celle de House.  

Arrive la scène finale qui, je l'avoue m'a fait très peur sur le coup. House est tranquillement couché dans son lit, dans la chambre d'Amber, et se met à parler à son père. Il lui dit qu'il se rend compte que pendant très longtemps, il ne s'est concentré que sur les mauvais côtés de leur relation. La vache, j'ai cru qu'il se mettait à voir son père maintenant, il aurait plus manqué que ça ! J'ai été rassurée quand il s'est mis à beugler à Wilson à travers le mur que son truc était idiot. Comme le dit Jimmy à son défunt amour : il va mieux...

Greg Yaitanes, le réalisateur, a mis sur Twitter une version « longue » de cette scène. En plus de House qui parle seul, on pouvait voir des flash-back du jeune Greg avec son père du temps où il était militaire. Ca ne vous étonnera certainement pas, connaissant mon amour des flash-back, d'apprendre que je préfère largement la version définitive. Ces images n'apportaient franchement rien... 

 

Minies futilités pour finir :   

  • Minuscule ex-petite amie du patient (elle arrive à peine à l'épaule de Cameron) : vive la contre-plongée !

Upload images

  • House a adopté les trombones de Cuddy !

Upload images

 

 

Résumé complet (fin comprise) sur le site de la FOX

House MD Screencaps pour les caps

Merci à Tily et Tiff pour les sous-titres.

1re publication le 09.05.10

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site