Vladimir Vasili : l'oncle du papillon (A Pin for the Butterfly)

A Pin for the Butterfly est un petit film anglo-tchèque (acteurs britanniques / tournage à Prague) de 1993. C'est apparemment le seul film de la réalisatrice et scénariste Tchèque Hannah Kodichek. Sorti en salles juste après la diffusion télé de All or Nothing at All, ce film prouve une nouvelle fois que Hugh n'a pas fait que de la comédie avant House, loin de là. 

Le film se passe à Prague dans les années 50, à l'époque où le régime communiste commence vraiment à être oppressant. L'héroïne du film est Marushka, une petite fille pleine d'imagination d'environ 8 ans. Coincée entre l'idéologie communiste assenée à l'école, les idées libertaires de son oncle et le milieux bourgeois-croyant de ses grands-parents, elle ne comprend pas grand chose aux évènements qu'elle vie. Toute l'histoire est vue à travers ses yeux d'enfant, ce qui donne beaucoup de scènes oniriques. 

Comme la mère de Marushka est comédienne et tourne beaucoup, elle a confié sa fille à ses parents. Chez ses grands-parents, la petite vie dans un milieu bourgeois et religieux. Entourée de personnes âgées, d'une grand-mère rigide et exigeante et d'un grand-père malade,  Marushka trouve le réconfort au près de son oncle Vladimir (Hugh) qui s'occupe d'elle comme si elle était sa propre fille et de son amie d'école, Andréa, dont le père est (soi-disant) parti en Amérique. 

Image Hosted by ImageShack.us

Si la réalisatrice n'avait pas pris le parti de raconter son histoire à travers les perceptions de Marushka, le héro du film serait son oncle. Je dis pas ça parce que c'est le personnage de Hugh, mais il est vraiment le pivot de l'histoire alors que Marushka est l'observatrice. 

Vladimir est un jeune avocat qui a renoncé à exercer pour ne pas avoir à défendre les meurtriers du Parti. En effet, Vladimir fréquente des opposants au régime communiste sans vraiment s'impliquer par peur de nuire à sa famille (ou par manque de courage ?). Au lieu de pratiquer son vrai métier, il livre des vaches, ce qui désespère sa mère qui le voyait déjà régner sur son propre tribunal. Il est en quelque sorte un cow-boy, ça a peut-être un lien avec son envie de partir en Amérique ?  

Il est le seul adulte à vraiment prêter attention à Marushka (avec le grand-père, mais il est malade et meurt dans la 2e moitié du film) qui le suit partout et l'idéalise. Pour elle, il est à la fois son ami, son oncle, son frère et son père. Il est d'ailleurs très câlin avec elle et toujours attentionné. 

Image Hosted by ImageShack.us 

Bien qu'il fréquente des opposants, Vladimir ne croit pas que leur mouvement arrivera à arrêter les communistes. Il ne cherche pas à être utile pou leur lutte, il voudrait simplement être ailleurs, là où il aurait dû partir dès 1948 (date du putsch qui a conduit les communistes à prendre le pouvoir en Tchéquie) : en Amérique. 

Les choses commence à ce compliquer quand son ami Adam disparaît (probablement dénoncé puis arrêté). Vladimir prend peur et se cache. Il revient juste à temps pour assister à la mort de son père. Entre temps, sa sœur a été renvoyée de sa troupe de théâtre à cause des relations de son frère, elle rentre alors chez ses parents. Ensuite, Vladimir disparaît à nouveau. Cette fois-ci, il a été arrêté puis libéré. Il pense que la police veut se servir de lui comme indic, ce qu'il refuse catégoriquement. En plus de ça, il se rend bien compte qu'il met sa famille en danger ce qui le décide à partir en Amérique. Malheureusement, Marushka a mis son institutrice au courant des projets de son oncle par accident ce qui l'oblige à précipiter son départ.  

Image Hosted by ImageShack.us

Malgré le savon qu'il vient de lui passer parce qu'elle l'a balancé, Marushka refuse d'être séparée de son oncle. En effet, elle croyait qu'il lui avait promis de l'emmener avec lui, mais ce n'était qu'une promesse en l'air, pour jouer, comme les adultes en font souvent aux enfants. Elle se cache donc dans son camion. Quand il la trouve, il est trop tard pour faire marche arrière. Ils passent alors tous les deux la frontière allemande. Hélas, des gardes les surprennent. Marushka s'enfuit alors en courant à travers le terrain miné et Vladimir essaie de la rattraper. Ils meurent finalement ensemble en sautant sur une mine. 

J'avais prévenu que c'était pas une comédie ! 

Evidemment, ce n'est pas un chef-d'œuvre, il y a beaucoup de maladresse dans la réalisation, particulièrement quand la réalisatrice veut représenter ce que la petite a dans la tête, mais c'est vraiment un film émouvant. Je crois que ça tient beaucoup aux acteurs. Hugh bien sûr, mais aussi la petite fille qui est très touchante. Ils forment vraiment un beau duo. Sans parler de la grand-mère, exaspérante et très convaincante quand il s'agit de faire du chantage affectif.  

A noter, encore un grand numéro de mime de la part de Hugh, mais pour une fois, un numéro angoissant et non pas drôle. A la fin du film, pour passer la frontière, il doit se faufiler à travers un petit trou dans un grillage électrifié. Le trou était déjà étroit pour la petite fille, alors pour un grand costaud comme mon Hughie... Ca vaut presque la scène de Langley dans Mission : Impossible (où Chtoum était pendu au plafond) !  

Pour finir, quelques détails amusants :  

  • Les tchèques ont visiblement des voitures avec le volant du mauvais côté, comme les Anglais...
  • Les portes tchèques sont apparemment un chouya plus basses que celles de l'Ouest : Hugh se baisse à chaque fois qu'il en croise une.      
  • L'actrice qui joue la grand-mère est aussi la nany des 101 Dalmatiens. Si on est tordu, on peut dire que trois en plus tard, elle a cogné son fils qui l'a enfermée dans un placard avant de lui voler les bébés chiens qu'elle gardait. 
  • Quand j'ai vu le titre sur la filmo de Hugh, je me suis dit que je le connaissais. Ensuite, j'ai vu l'affiche et je me suis dit que ça me disait vraiment quelque chose. Ce film n'est apparemment pas sorti en France. Mais en Belgique ? J'avais 10/11 ans quand il est sorti, j'ai peut-être vu l'affiche au Centre culturel ou au Parc ? En tout cas, ce qui est sûr, c'est que je ne l'ai jamais vu : je m'en souviendrais !  

Pour vous reposer les yeux, allez voir les captures d'écran

Première publication le 18.03.08 

Commentaires (3)

1. Nemie-chou 27/03/2009

Les drames ont plus de poids que les comédies et émeuvent plus (avis perso)...

2. Mrs Jones 27/03/2009

tu me donnes vraiment envie de voir ce film qui m'avait échappé dans la filmo de HUGH,les captures sont émouvantes...je fais enfin le lien avec cette photo où l'on voit Huhg avec une petite fille sur les genoux jouant au piano..cela vient surement de ce film
sais-tu comment on peut trouver le dvd? merci (cuddyrose)

3. Claire 27/03/2009

Je l'ai acheté dans un magasin genre FNAC en Australie (http://www.jbhifionline.com.au/dvds/search/all?searchstring=pin+for+the+butterfly). Au cas où tu voudrais l'acheter, il est "all zone" donc pas de problème pour le lire, mais il est en V.O. non sous-titrée.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site